La pensée positive, un atout pour être plus serein.

Vous avez sans doute déjà entendu parler de la pensée positive. Et vous avez peut-être déjà essayé de la pratiquer pour améliorer votre quotidien.

Aujourd’hui je voudrai vous partager quelques astuces pour installer cette pratique de façon plus efficace.

La pensée positive, en quoi cela consiste

La pensée positive a été créée par le pasteur Norman Vincent Peale, en 1952, et largement diffusée dans les années 2010. Elle s’appuie sur l’autosuggestion (on parlait auparavant de méthode Coué).

Pour cultiver la pensée positive on se répète des phrases positives, pour améliorer notre quotidien, et notre façon de voir la vie.

Au-delà de ces phrases à répéter, je voudrai plutôt vous amener aujourd’hui, à comprendre comment la manière dont nous jugeons notre expérience peut nous amener à la vivre de façon complètement différente.

Prendre conscience de ses pensées :

Nous avons de nombreuses pensées tout au long de la journée (environ 60000), et ces pensées affectent notre expérience et la façon dont on entre en relation avec notre environnement.

Imaginez que vous vous levez le matin, et qu’il pleut, vous pouvez avoir une pensée négative : « oh, quel temps pourri, j’en ai marre de cette pluie ! ». Evidemment, cette pensée ne va pas vous aider à passer une bonne journée.

Mais si, le même jour, vous avez la pensée : « chouette de la pluie, la pelouse va être magnifique ! », alors votre journée sera différente.

Vous voyez que la façon dont vous jugez et dont vous pensez peut vraiment vous impacter, parfois même au niveau émotionnel.

Vous vous dites surement « ok, mais bon, c’est pas facile de changer les pensées, moi je n’y arrive pas ! ». Patience, je vous donne des clefs pour apprendre comment faire.

Pourquoi pratiquer la pensée positive :

En fait, à force de voir tout de façon négative, on peut avoir tendance à ne plus voir les bonnes choses qui nous arrivent dans la vie. Sans transformer notre discours en « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil », nous pouvons cultiver une façon plus optimiste de voir la vie.

En cultivant la pensée positive, on se sent aussi plus serein, plus calme. On finit par voir plus souvent les bons côtés des choses, et cela améliore grandement notre humeur.

On devient aussi plus agréable. En effet, aimez-vous les personnes qui sont toujours en train de se plaindre ? A force de vous focaliser uniquement sur ce qui va mal, vous finissez par avoir un discours négatif la plupart du temps. Et les gens finissent par vous éviter.

On devient plus tolérant et davantage bienveillant. Quand vous reconnaissez les bons moments, les bonnes personnes, vous devenez plus ouvert, moins jugeant, et plus bienveillant avec vous-mêmes, mais aussi avec les autres.

La pensée positive : ne pas se mentir :

Même si la pensée positive est souvent décrite comme une formule magique vers le bonheur suprême, je voudrais l’aborder avec plus de lucidité.

Selon moi (et ce n’est que mon avis, donnez-moi le vôtre en commentaire), pratiquer la pensée positive sur quelque chose auquel on ne croit pas du tout, est contre-productif.

Si vous êtes absolument persuadé que le mauvais temps va vous gâcher la journée, parce que vous avez organisé une grande fête à l’extérieur. Inutile de vous répéter en boucle : « c’est chouette il pleut ! ». D’abord vous n’y croirez pas, et vous refoulez votre émotion de déception, et les émotions, on ne les refoule pas. Sinon elles refont surface de façon violente.

Dans le cas où vous êtes confronté à une situation négative, prenez plutôt le temps d’accueillir cela. De vraiment vous dire « ça me contrarie, je n’aime pas cela ». Et ensuite, vous pourrez éventuellement examiner si vous êtes prêt à voir le côté positif de cette situation. Si ce n’est pas le cas, peut être pourrirez-vous plutôt essayer de voir ce que vous pourriez faire pour faire en sorte que ce soit un peu moins négatif.

Comment mettre en place la pensée positive ?

Prendre conscience :

La première chose à faire est déjà de prendre conscience à chaque fois que vous avez une pensée négative. Ne cherchez pas à vous blâmer ou à vous condamner, remarquez simplement quand c’est le cas.

Au début, cela peut vous paraitre difficile. Aussi prenez le temps plusieurs fois par jour pour vous poser et remarquer quelles sont les pensées qui vous habitent. Faites le déjà le matin, et le soir pour commencer. Vous pourrez alors peut être remarqué s’il y a des pensées négatives.

Au début, vous serez peut-être déstabilisé si vous constatez que vous avez de nombreuses pensées négatives. Ne vous blâmez pas, cela n’est pas forcément facile de changer d’état d’esprit. Soyez bienveillant avec vous-même.

Changer sa pensée :

Vous pouvez ensuite, voir si cette pensée négative peut être transformée en pensée positive. Si c’est trop compliqué au début, vous pouvez opter pour une pensée plus neutre.

Par exemple, vous vous levez le matin, et il pleut. Vous constatez que votre pensée est : « il fait un temps pourri ! ». Vous pouvez remplacer cette pensée par « Il pleut » (pensée neutre), ou par « il fait une belle journée de pluie ». A vous de voir par rapport à ce que vous ressentez.

Parfois, vous aurez l’impression que cette pensée est vraie, et qu’elle ne peut pas être changée. Alors, posez vous un moment pour vous questionner : « est ce que c’est vrai ? ». Si la réponse est oui, pesez-vous alors la question : « qu’est ce qui prouve de façon concrète que c’est vrai ? ». Cela vous aidera à relativiser.

Par exemple, vous pouvez avoir la pensée : « ma collègue est méchante ». Si vous pensez vraiment que c’est le cas, vous pouvez vous dire : « oui c’est vrai, car elle critique toujours ce que je dis, et me rabaisse ». Mais ce n’est pas parce qu’on dit des paroles agressives qu’on est profondément méchant. Les personnes qui sont désagréables avec les autres, sont souvent très désagréables avec elles-mêmes. Elles sont par ailleurs souvent en souffrance

Alors votre phrase neutre pourrait être : « ma collègue dit des choses qui sont désagréables pour moi, et je me sens dévalorisé par ses propos ». C’est plus factuel et moins dans le jugement et la généralité.

Au début ces exercices vont peut-être vous paraître artificiels. Mais à force de vous entraîner vous remarquerez plus facilement les fois ou vous êtes négatif. Et au fil des semaines vous apprendrez comment cultiver des pensées plus neutres, plus positives.

Je vous souhaite une belle exploration, et j’attends vos commentaires pour me raconter vos expériences.

 

PS : pour aller plus loin, vous pouvez lire le livre de Norman Vincent Peale.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *