Prendre du recul, 7 conseils

Prendre du recul ! Cette injonction vous invite à mettre de la distance. Mais au cœur de la situation, pas facile ! Pourtant c’est la meilleure façon d’arrêter de stresser. Dans cet article, nous verrons ce qu’est une véritable prise de recul. Je vous donnerai 7 astuces pour apprendre comment prendre du recul. Et quelles erreurs à éviter sur ce chemin.

Prendre du recul, c’est quoi ?

Prendre du recul, c’est regarder les choses autrement. C’est apprendre à développer un autre regard sur la situation. Nous sommes tous impactés par notre vécu, nos expériences qui peuvent biaiser notre façon d’aborder une situation.

Je vous en parlais dans l’article sur le stress (comment arrêter de stresser), si vous avez déjà vécu une situation, votre vécu impacte la façon dont vous abordez cette situation. Si vous l’avez bien vécu, vous serez optimiste, mais sinon, vous risquez de stresser.

Prendre du recul vous permet de mettre à distance cette situation, au niveau cognitif (ce que vous en connaissez) mais aussi émotionnel (vos craintes, doutes, peurs).

Prenons un exemple, votre machine à laver tombe en panne. Et pas de chance, ça vous est déjà arrivé, et ça s’est mal passé : le réparateur était incompétent, et vous avez passé des mois sans machine. Alors, forcément, votre stress sera plus important, vous allez y penser, et vous aurez du mal à prendre du recul sur la situation. Et pourtant, si vous êtes capable de laisser cette mauvaise expérience de côté, alors le stress va diminuer.

Prendre du recul s’avère indispensable dans certains cas. Voyons lesquels.

A quel moment il est indispensable de prendre du recul ?

Face à certaines situations, vos émotions sont exacerbées. Et vous n’êtes plus capable de réfléchir, mais vous pouvez être dans la réactivité. Impossible pour vous de vous raisonner, vous voilà parti à pleurer, crier, ou rester figé.e. Cette réactivité est normale, mais elle peut vous faire dire ou faire des choses que vous regrettez. Par exemple :

  • Face à vos enfants, vous n’avez pas envie de vous mettre à hurler sans arrêt. Ils finiraient par ne plus vous écouter.
  • Si votre chef vous agace, il est préférable de ne pas lui hurler dessus qu’il est un abruti.
  • Vous n’avez pas envie de pleurer à la machine à café suite à la remarque d’un collègue indélicat.
  • Vous aimeriez avancer sur votre projet, mais vous êtes terrorisé.e.

Si vous avez une décision importante à prendre, vos peurs, vos doutes, vos hésitations peuvent vous empêcher de passer à l’action. Il peut même arriver que vous preniez la mauvaise décision, parce que vous êtes trop fortement impacté par vos émotions.

Les situations où vous devez apprendre à prendre du recul sont nombreuses. Alors voyons comment prendre du recul.

Relativiser pour prendre du recul

Au cœur de l’action, vous avez du mal à être rationnel. Vos émotions peuvent vous empêcher de rationnaliser, et vous amener à voir le mauvais côté des choses. Apprendre à relativiser, c’est dédramatiser la situation :

  • Suis-je sur de l’issue de cette situation ?
  • Est-ce que mes émotions ne me font pas empirer la situation ?
  • Est-ce que mes pensées n’ont pas tendance à en faire une montagne ?

Une autre option pour apprendre à relativiser, c’est de s’imaginer le pire, pour mieux y faire face. Par exemple, un plan social est annoncé dans votre entreprise. Mais vous ne savez pas si vous serez concerné.e. Alors en imaginant le pire, vous pouvez vous y préparer : faire votre CV, postuler à des offres d’emplois, réactiver votre réseau professionnel. A partir du moment où vous passez à l’action, le stress diminue, c’est comme une porte qui s’ouvre vers une solution.

Relativiser vous aide à mettre de la distance et à voir ce qui est réellement en jeu. Il peut parfois être nécessaire aussi de vous écarter de la source de stress.

S’écarter de la situation stressante

Parfois le mieux pour prendre du recul est encore de s’écarter. Si votre collègue vous envoie une pique, autant aller faire un tour plutôt que de réagir au quart de tour. S’écarter permet de mettre à distance la situation et vous permet de prendre un temps pour souffler.

S’écarter de la situation stressante, c’est aussi permettre aux émotions de s’apaiser. De prendre le temps d’explorer quels types d’émotions sont présentes, pour les questionner. Quand la colère est présente, elle cache parfois de la déception ou de la peur. S’écarter, c’est se permettre de faire un pas de côté face à la situation.

C’est d’autant plus nécessaire si vous sentez que vos émotions risquent de vous faire dire ou faire quelque chose que vous regretterez. S’isoler permet de prendre le temps d’accueillir ce qui se passe en vous, sans témoin autour de vous. C’est parfois primordial quand on est en présence d’autres personnes. Personne n’a envie de craquer devant ses collègues, ou de se mettre à hurler sur ses enfants, simplement par manque de recul.

Et parfois, il faut aller encore plus loin, pour s’aérer.

S’aérer pour prendre du recul

prendre du recul, s'aérer
Une balade, pour recharger les batteries

Parfois, il est nécessaire de changer d’environnement. Quand la situation vous stresse trop, vous ne savez pas comment prendre du recul si vous restez dans le même environnement. Il devient alors nécessaire de vous éloigner physiquement, pour avoir une ambiance plus reposante, moins stressante.

C’est le cas notamment au travail. Il suffit parfois de prendre quelques jours de congés pour prendre soin de soi. Dans ces moments-là, l’idée n’est pas de ressasser dans votre coin. Au contraire, profitez-en pour faire des activités qui vous font du bien. En changeant votre environnement, vous commencerez à vous ressourcer.

Attention toutefois à ne pas chercher à éviter toutes les situations. Le but de la prise de recul est de vous apprendre à mettre de la distance, pas à faire l’autruche. En vous éloignant, et en rechargeant vos batteries, vous pourrez plus facilement prendre le recul nécessaire pour mieux aborder le problème qui vous stresse.

Vos jugements peuvent aussi avoir un impact sur votre façon de prendre du recul, voyons comment.

Prendre du recul en arrêtant de juger

Le jugement est nécessaire, il nous permet de savoir ce qui nous convient ou pas. Mais parfois, il peut être destructeur. Parce qu’il n’est pas basé sur des faits réels mais sur des suppositions, des généralisations, des ragots, voire des biais cognitifs.

Par exemple, vous devez collaborer avec un collègue, mais on vous a dit qu’il était bordélique. Alors forcément, vous voilà en train de stresser. Vous vous dites que la collaboration va FORCEMENT mal se passer. Et tout ça parce que certaines personnes ont colporté des ragots sur cette personne. Pourtant, vous ne le connaissez pas, vous ne lui avez même jamais parlé.

Vous pourriez plutôt vous autoriser à vous faire votre propre opinion. Partir du principe que vous ne connaissez pas cette personne, et que vous pouvez la découvrir.

En arrêtant de juger, vous êtes plus en lien avec la réalité, telle qu’elle est. Vous arrêtez de vous raconter des histoires sur la situation. Et ça, c’est excellent pour apprendre à prendre du recul.

Ralentir pour prendre du recul

Dans l’agitation du quotidien, difficile de prendre du recul. Alors ralentir devient précieux. Il ne s’agit pas forcément de tout arrêter (quoique, parfois ce soit nécessaire). Vous pouvez simplement prendre un petit temps de pause, pour vous autoriser à ralentir le rythme.

Dans le flot de mes activités du quotidien, je passe souvent d’un sujet à un autre : les articles à rédiger, les sujets à trouver, les invités de mes podcasts à contacter, les montages audios, etc. Et je ressens parfois le besoin de ralentir, pour m’autoriser à faire un pas de côté.

Ralentir, c’est se donner le temps de se poser, pour ne plus subir une situation, mais la regarder avec un regard neuf. Et ça, c’est une bonne façon de trouver de nouvelles manières d’aborder la situation. Par exemple, en sortant du cadre.

Sortir du cadre

Face à certains problèmes, nous avons tous des solutions toutes faites. Et parfois, ça ne marche pas. Alors, il devient essentiel de sortir du cadre, pour explorer d’autres pistes.

Reprenons l’exemple du plan social dans votre entreprise. Vous voilà en train de faire des CVs et de les poster sur internet. Vous répondez aux annonces, mais pas de réponse. Vous commencez sérieusement à stresser, et vous ne parvenez pas à prendre du recul.

Et pourtant, vous avez l’impression de faire tout ce qu’il faut pour trouver un nouvel emploi. En tous les cas, c’est ce que vous avez toujours fait. Et si vous sortiez du cadre, celui que vous connaissez ?

Vous pourriez solliciter des professionnels sur les réseaux, comme LinkedIn, ou participer à des salons professionnels. Vous pourriez aussi activer votre réseau d’amis, ou d’anciens collègues, pour leur faire part de votre recherche.

Sortir du cadre vous permet de prendre du recul sur la situation, mais surtout de rester dans l’action, de réinventer de nouvelles solutions. Et ça, c’est bon pour garder votre optimisme.

Garder son optimisme

Quand vous êtes face à une situation qui vous stress, vous pouvez vous sentir déstabilisé.e, voire même un peu déprimé.e. Vous avez l’impression que vous ne trouverez jamais de solutions, vous tournez en rond. Alors voyons comment vous pourriez garder votre optimisme.

Ayez foi en vous, arrêtez de penser que vous n’allez pas y arriver. En mettant en place les recommandations mentionnées dans cet article, vous agissez, et ça, c’est déjà un énorme progrès. Face à une situation qui vous « prend la tête », un truc que vous ne parvenez pas à « lâcher », vous avez l’impression que vous n’y arriverez jamais. Pourtant, vous avez déjà surmonté de nombreuses difficultés, c’est certain.

Dans ces moments de doutes, rappelez vous toutes les fois où vous avez réussi à surmonter un problème. Je suis certaine qu’elles sont nombreuses. Vous focaliser sur vos réussites passées vous aidera à garder votre optimisme. Et pour allez plus loin, écoutez cet épisode du podcast : « Comment garder son optimisme ? ».

Vous voilà prêt.e à mettre en place tous ces conseils précieux pour apprendre à prendre du recul. Mais voilà, avant de vous lancer, ce serait chouette de ne pas tomber dans certaines erreurs courantes.

Prendre du recul, les erreurs à éviter

Quand on veut prendre du recul, on peut avoir tendance à croire qu’il faut renoncer à ses valeurs.

Par exemple, Claire (une de mes clientes) pensait que c’était important d’avoir une maison bien rangée. Et elle finissait par se disputer sans arrêt avec son mari qui laissait « trainer » une veste sur le dossier d’une chaise. Quand elle a pris conscience du stress que ça engendrait dans son quotidien, elle était hyper motivée pour prendre du recul sur ce sujet. Sauf qu’elle pensait qu’il fallait qu’elle devienne bordélique.

C’est difficile de changer un comportement si on pense que c’est à l’encontre de ses valeurs. Donc il vous faudra trouver comment continuer à incarner vos valeurs, sans pour autant vous stresser.

Claire a fini par trouver un équilibre au bout de 2 séances avec moi, et elle s’est libérée de la pression au quotidien. Son mari était ravi, et ils ont arrêté de se disputer sur ce sujet.

Prendre du recul est indispensable si on veut arrêter de stresser, de se mettre la pression sans arrêt. Et ce n’est pas toujours facile à faire seul.e. Si vous voulez être soutenu.e dans cette démarche, prenons un moment ensemble pour en parler : cliquez ici pour réserver une session « Gestion du stress », avec Isabelle.

3.5/5 - (2 votes)
Partager l'article

18 réflexions sur “Prendre du recul, 7 conseils”

  1. Prendre du recul a changé ma vie. On dit que nos pensées créent notre réalité et j’en suis convaincue. Prendre du recul permet de voir les choses sous un autre angle. Dans les conseils donnés, je suis l’adepte de m’aérer face à un situation compliqué ou envisager le scénario du pire et me dire que je saurai le surmonter !

    1. Ah j’adore le scénario du pire. C’est un bon moyen aussi de voir qu’on en est pas encore au pire, et qu’on peut vraiment faire toute une histoire sur un simple truc.

  2. Merci pour cet article et pour les précieux conseils que tu nous offres. J’en ai essayé certains sans savoir que c’est un moyen et ils ont eu l’effet dont tu parles. Je crois que toutes ces astuces sont efficaces ! Merci encore !

  3. Merci pour ces astuces ! Pour ma part, je visualise la prise de recul littéralement : je me vois devant mon ordinateur, puis depuis la fenêtre de mon immeuble, pour avoir ensuite une vue du ciel sur mon quartier, ma ville, le pays, la planète etc. Ca me permet de me rendre compte que ma situation est à un endroit précis, à un moment précis.

  4. Merci pour cet article et les précieux conseils. J’avoue être une fervente de celui qui consiste à imaginer le pire du pire pour relativiser. Car au fond, en le faisant, on se rend compte que ce n’est jamais aussi pire qu’on pouvait le ressentir.

  5. Effectivement, il est important de réussir à prendre du recul sur certaines situations. De manière générale, j’y arrive plutôt pas mal sauf dans une situation que j’ai déjà identifiée et là, c’est dur pour moi! Je vais appliquer tes conseils pour arriver à prendre du recul dans ces moments-là!

  6. toutvousreussitsara

    Prendre du recul… pas toujours facile. Merci pour ces conseils très pertinents. Je me suis reconnue sur le ménage dans la maison… se demander ce qui est le plus important pour nous (le ménage ou la bonne entente dans la famille ?) est le plus important… J’aime beaucoup aussi l’idée de visualiser la prise de recul du commentaire ci-dessus : c’est une excellente idée de visualisation !

  7. Prendre du recul … tout un programme que nous oublions d’actionner malgré le fait que nous le connaissions parfaitement … Merci Isabelle pour cet article qui me permet de réinitialiser mon logiciel de prise de recul … 🙏

  8. Merci pr cet article très instructif ! Le plus dur dur est de faire un travail sur soir pr essayer de mieux se comprendre pr prendre du recul n
    !

Laisser un commentaire