Que faire face aux émotions ?

Vous avez remarqué comme certaines émotions pouvaient parfois nous emporter ? 

Parfois nous regrettons ensuite les paroles prononcées, et nous nous promettons de faire mieux la prochaine fois. Mais ce n’est pas toujours facile.

Mais que faire face aux émotions? Et si vous aviez des astuces pour savoir quoi faire ? C’est ce que je vous propose dans cet article.

Une émotion, c’est quoi au juste ?

Une émotion est une réaction physiologique et physique face à une situation.

Et contrairement à ce que l’on pense souvent, c’est d’abord dans le corps que l’émotion se manifeste. Puis très rapidement, notre mental va prendre le relais pour nous amener à agir selon les circonstances. Nous pouvons nous mettre à courir si nous avons peur, ou à crier.

Nous avons tendance à identifier les émotions comme étant bonnes ou mauvaises. Je dirai plutôt que nous vivons des émotions agréables ou désagréables.

Pourtant toutes les émotions sont utiles. Elles sont là pour nous informer de la façon dont nous vivons une expérience. Il est normal d’être en colère si nous vivons une situation injuste, par exemple. Cette colère peut nous permettre de savoir que des valeurs auxquelles nous tenons ne sont pas respectées. Et agir en conséquence, si possible de façon appropriée, et pas de façon réactive.

Que faire face aux émotions? Les gérer ?

Nous ne pouvons pas gérer nos émotions comme nous gérons notre budget. Il nous faut plutôt apprendre à les traverser, sans faire de dégâts autour de nous.

Se dire « je gère », quand on est super en colère, n’est absolument pas la solution. Cela signifie que nous refoulons l’émotion, et que nous ne la laissons pas s’exprimer. Et tout ce qui ne s’exprime pas, s’imprime. Nous finissons par accumuler de la colère, puis de la frustration, et nous risquons d’exploser à la moindre contrariété.

Nous verrons en cette fin d’article comment faire autrement.

On est tous humains :

Même si nous n’aimons pas ressentir certaines émotions, nous n’avons pas à culpabiliser si elles se manifestent. Se blâmer ou se condamner parce qu’on ressent de la colère, ne sert à rien. Cette colère est là pour quelque chose, elle nous envoie un message.

Bien sûr nous n’avons pas à nourrir ces émotions, mais les nier ou s’en vouloir n’est pas non plus la solution.

Nous devons accepter que nous avons des parts d’ombre en nous, et que certaines émotions que nous n’aimons pas peuvent apparaître. Inutile de se blâmer pour cela, nous sommes humains.

Pour apprendre à vous aimer davantage dans ces moments douloureux, je vous conseille de lire l’article : l’auto-compassion, pour apprendre à s’aimer.

Les émotions et les stratégies pour les contourner :

Face aux émotions mal exprimées, nous pouvons adopter des stratégies pour les contourner. Qui n’a pas connu ces moments de stress, colère, peur où la tablette de chocolat semblait être notre meilleure alliée.

Pourtant certaines de ces stratégies ne nous aident pas vraiment. D’abord, parce que la plupart du temps elles nous servent de rempart pour éviter de nous confronter à nos émotions. Ensuite parce qu’elles peuvent être néfastes pour notre santé.

Regarder la télé pendant des heures, boire à outrance, fumer, se gaver de sucreries ne nous a jamais aidé à nous sentir mieux sur le long terme. Sur le coup on peut ressentir un bien-être, mais celui-ci reste fugace. Et le pire, c’est que cela nous entraîne vers une mauvaise estime de nous-même.

Je me rappelle d’une participante à l’un de mes stages. Elle partageait avec moi son énorme fatigue, et souhaitait avoir des conseils. Après quelques questions, elle m’avouait qu’elle travaillait beaucoup. Pas par obligation, mais qu’elle aimait bien son travail et qu’elle en faisait toujours plus. Elle rentrait chez elle, épuisée, et son mari commençait à râler.

Je lui ai alors demandée : « aimes-tu encore ton mari, et éprouves tu du plaisir à passer du temps avec lui ? ». Ses yeux se sont remplis de larmes ; elle venait de comprendre qu’il n’y avait plus d’amour entre eux, et que son travail lui servait de prétexte pour ne pas s’avouer cette dure réalité.

Que faire face aux émotions, mes conseils :

Ceux qui me connaissent savent que je suis très sensible, et donc souvent assez émotive. Au fil des années, j’ai appris certaines choses que je voudrai partager avec vous.

Identifier et comprendre :

La première chose à faire c’est d’identifier quelle émotion vous êtes en train de traverser. Les quatre émotions principales sont : la joie, la peur, la tristesse, la colère.

Il ne faut pas confondre sentiment et émotions. Une émotion est une réaction, un sentiment est plus durable.

Au-delà des émotions de base, il y a ensuite les émotions secondaires, en voici quelques exemples :

  • Peur : appréhension, anxiété, nervosité, panique, etc. Mais derrière la colère peut se cacher aussi l’injustice, l’inquiétude, la colère.
  • Colère : contrariété, agacement, penchant destructeur, irritation. Et derrière la colère, il peut y avoir de la peur, du dégoût, de l’envie, de la frustration.
  • Tristesse : isolement, détresse, morosité, chagrin, abattement, mais aussi sentiment de rejet, angoisse, déception, désespoir, insécurité, solitude.
  • Joie : amusement, allégresse, jouissance, enthousiasme, et aussi derrière cette joie, vous pouvez éprouver de l’excitation, de l’euphorie, de l’espoir.

En identifiant clairement de quelle émotion il s’agit, vous pourrez ainsi mieux comprendre ce qu’il se passe pour vous. Vous saurez identifier ce qui vous « met dans cet état-là ».

Vous pourrez alors chercher à comprendre quel est le besoin qui n’est pas satisfait. Est-ce que vous vous sentez trahi, est ce que vous ressentez de la peur ? Avez-vous le sentiment que la personne en face de vous n’est pas honnête ? Trouvez-vous cette situation injuste ?

En identifiant clairement le besoin qui se cache derrière cette émotion, vous serez plus à même de trouver une solution ou une voie de réponse appropriée.

Que faire face aux émotions : accueillir au lieu de nier :

Au lieu de faire comme s’il ne se passait rien, prenez le temps de vous poser lorsque vous ressentez une émotion.

Je sais que ce n’est pas toujours facile, mais si vous ne le pouvez pas dans l’instant, prenez un temps pour le faire après. Vous pouvez, par exemple, vous dire : « tiens, tout à l’heure j’étais triste quand j’ai vu cela… ». Le fait de formaliser intérieurement l’émotion par quelques mots, vous aide à prendre conscience de vos émotions. Vous pourrez alors explorer plus avant ce que vous ressentiez vraiment.

Si vous parvenez à identifier l’émotion lorsqu’elle se déroule, essayez de percevoir les sensations corporelles qui l’accompagnent. Ressentez-vous un nœud dans la gorge, une pression dans la poitrine, une gêne dans le ventre, des picotements dans le visage ?

Une fois la sensation identifiée, essayez de remarquer les pensées qui l’accompagnent. Et faites du mieux que vous pouvez pour ne pas laisser ces pensées vous envahir. Soyez conscient que vous pensez cela, mais ne nourrissez pas ces pensées, revenez aux sensations du corps. Cela vous aidera à ne pas nourrir l’émotion.

Par exemple si vous ressentez une tristesse, soyez conscient des sensations dans le corps, et des pensées. Par exemple, vous pouvez vous dire : « ah je n’ai pas de chance, ah c’est toujours pareil ». Et laissez ces pensées, pour revenir à votre corps. Cela ne vous sert à rien de ruminer ou de vous dire toutes ces choses.

Et surtout, n’oubliez pas une chose : les émotions ne durent pas. Même celles qui vous paraissent très pénibles et très fortes finiront par passer.

Je ne suis pas mon émotion :

Enfin dernière chose, votre émotion ne vous définit pas. Ce n’est pas parce que vous êtes en colère que vous êtes colérique, ce n’est pas parce que vous êtes triste que vous êtes déprimé.

Pour vous aider à ne pas vous identifier, au lieu de vous dire : « je suis triste », dites-vous : « je sens de la tristesse ». Cela vous permettra de prendre de la distance.

On récapitule que faire face aux émotions :

  • Identifier et comprendre l’émotion,
  • Accueillir en se connectant aux sensations présentes, sans nourrir les pensées,
  • Ne pas s’identifier à nos émotions.

J’espère que cet article vous aidera à y voir plus clair dans la façon de mieux appréhender vos états émotionnels.

Et vous, avec quelle émotion rencontrez-vous le plus de difficulté, dites-le moi dans les commentaires.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *