vaincre la peur de l'échec

10 étapes pour vaincre la peur de l’échec et avancer avec confiance.

La peur de l’échec est un sentiment qui nous hante et nous paralyse. Combien de fois avez-vous renoncé à vos ambitions, vos projets, simplement par crainte de ne pas réussir ? Vaincre cette peur, c’est ouvrir le chemin d’une vie plus épanouie, plus audacieuse. Dans cet article, je vous propose d’explorer les causes de cette crainte de l’échec et les stratégies pour la surmonter. Préparez-vous à oser.

Les mécanismes de la peur de l’échec

Les raisons exactes pour lesquelles vous avez peur d’échouer sont nombreuses. Mais certains facteurs peuvent augmenter cette peur. Les connaitre vous aidera à dépasser votre peur de l’échec.

  • La tendance au perfectionnisme : vous cherchez à ce que tout soit parfait. Quand vous vous lancez dans un projet, vous êtes tellement perfectionniste que vous attendez que tout soit parfait. Quand vous faites quelque chose de nouveau, vous n’êtes jamais satisfait du résultat.
  • L’échec dans le passé : vous avez échoué à atteindre des objectifs dans le passé. Et au lieu d’apprendre de ces échecs, vous avez décidé d’abandonner. Ces objectifs étaient peut-être trop ambitieux mais vous ne vous êtes même pas posé la question. La pression sociale vous a fait croire que l’échec n’est pas une option.
  • Votre éducation : vous avez été élevé par une personne qui avait peur de l’échec. Depuis notre plus tendre enfance, nous sommes impactés par notre environnement. A force de voir un proche renoncer à toutes tentatives, vous avez fini par croire que tenter quelque chose était dangereux. Ces croyances sont alors ancrées et vous ne parvenez plus à oser.

Ces motifs sont les plus courants, mais ne sont pas les seuls. Chaque personne a ses propres raisons de craindre l’échec. Si vous parvenez à identifier les vôtres, vous aurez plus de facilité pour surmonter la peur de l’échec.

Comment surmonter la peur d’échouer ?

La peur d’échouer, c’est une peur comme toutes les autres. Et comme toutes les émotions, elle est utile. La peur est là pour nous protéger du danger. Lorsque vous avez peur d’échouer, votre peur cherche à vous protéger. C’est parfois simplement parce que vous devez sortir de votre zone de confort, ou que vous vous lancez dans une nouvelle aventure.

Vous pouvez commencer par identifier clairement cette peur : est-elle fondée ou imaginée ? Parce que la plupart du temps, ce que nous imaginons a tendance à renforcer nos peurs. Et c’est justement ce discours intérieur qu’il faut identifier. Parce qu’il n’est pas seulement négatif. Cette peur est là pour vous protéger, mais de quoi ? Quels sont les risques à vous lancer ? En identifiant ces risques, vous pourrez alors évaluer leur degré d’importance.

Si vous vous lancez dans un nouveau projet professionnel, vous avez peur. Et c’est normal ! Vous avez peur d’échouer, de mettre en péril votre sécurité financière. Pour surmonter cette peur, vous pouvez identifier des alternatives : que puis-je faire si ce projet échoue ? En vous préparant avec des alternatives, vous rassurez votre système nerveux. Et vous pouvez alors passer à l’action.

Comment vaincre la peur après plusieurs échecs ?

Vos échecs passés vont forcément impacter votre peur des échecs futurs. Le manque de confiance en soi peut s’installer. Pour surmonter cette peur, vous devez reprendre confiance en vos capacités. Et ce n’est pas toujours facile. Pour surmonter cette peur liée au passé, vous pouvez estimer quelles sont les conséquences de vos échecs passés. Et vous vous rendrez compte que certains échecs n’ont que peu d’impact sur votre vie actuelle : vous avez su vous adapter.

Si vous avez échoué plusieurs fois, c’est peut-être dû à des objectifs trop ambitieux. Par exemple, vous avez l’objectif de perdre du poids. Et vous vous dites : je veux perdre 6 kilos ce mois-ci. Et forcément, cet objectif est vraiment ambitieux. Peut-être trop. Et ça vous demande des efforts, beaucoup d’efforts. Et si vous n’y parvenez pas, vos efforts auront été vains. Et ça, notre cerveau n’aime pas ; il aime la facilité et le confort. Des objectifs trop ambitieux peuvent expliquer pourquoi ça n’a pas fonctionné. Soyez plus réaliste.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les bienfaits et méfaits de la colère

Pour surmonter votre peur d’échouer après plusieurs échecs :

  • Mesurez l’impact sur votre vie actuelle,
  • Fixez-vous des objectifs atteignables,

Laissez le passé derrière vous ; vous avez changé. Et vos échecs ne doivent pas vous définir car vous êtes aujourd’hui une personne différente, avec des capacités différentes. Gardez en tête que les échecs permettent d’apprendre. Cela vous permettra d’aborder les échecs de manière positive. Et pour vous aider à voir les nombreux bénéfices de l’échec, je vous conseille la lecture de l’excellent livre de Charles Pépin : Les vertus de l’échec.

Vaincre la peur de l’échec en changeant de perspective

L’échec est vécu comme une honte. Et cette vision impacte forcément votre manière de vivre vos grands et petits échecs. Et pourtant, la seule manière de ne jamais échouer, c’est de ne rien faire, ne rien tenter. Voudriez-vous passer une vie entière sans tenter une nouvelle aventure ? Nous sommes tout le temps en train d’apprendre. Et pour ça, nous devons oser.

Pour cela, vous devez changer de perspective. Parce que l’échec est souvent vécu comme une fin ; si on ne réussit pas du premier coup, on abandonne souvent. Assurez-vous de connaitre ce qui est important pour vous : votre projet ou le regard des autres ? Si vous avez un projet entrepreneurial, vous vous posez certainement des questions. Et c’est légitime, la peur de se tromper de secteur d’activité, de ne pas avoir de chiffre d’affaires suffisant. Et pourtant, que ferez-vous si vous ne tentez pas ?

Parfois, on accorde trop d’importance au regard des autres. Et c’est aussi parce qu’on a tendance à être très critique sur l’échec. Et vous ? Quel regard portez-vous sur ceux qui échouent ? Si vous changez ce regard, en admirant leur persévérance, leur audace, vous changerez le regard que vous avez sur vos propres échecs. Et si vous voyiez l’échec comme une tentative et pas une fin ? Qu’est ce que ça changerait dans votre manière d’aborder votre projet ?

vaincre la peur de l'éche-solidarité
Prenez soin aussi de vous entourer de personnes soutenantes.

Accepter l’échec comme moyen d’apprendre

Une autre manière de changer de perspective est de voir l’échec comme moyen d’apprendre. Et d’ailleurs, chaque tentative vers un nouveaux projet est une manière de savoir ce qui marche ou pas. Un enfant qui apprend à marcher fait de multiples tentatives, tombe, se relève et n’arrête jamais tant qu’il n’a pas réussi.

Au lieu de renoncer dès le premier écueil, posez-vous la question : qu’ai-je appris ? Comment pourrais-je faire différemment lors de la prochaine tentative ? Notez toutes les idées, même les plus farfelues pour réussir votre projet. Nous avons tous échouer au début : en apprenant à conduire, en montant un premier meuble, en faisant une nouvelle recette. Et pourtant, nous n’avons pas abandonné.

Que pourriez-vous apprendre de votre dernier échec ? Que pourriez-vous faire différemment lors de votre prochaine tentative ? Comment font ceux qui réussissent ? Quelles sont les nouvelles compétences que vous avez développées ? Quelles sont celles que vous pourriez acquérir ? Qui pourrait vous accompagner ou vous conseiller pour que votre prochaine tentative soit plus fructueuse ? Identifier vos apprentissages peut vous aider à changer votre vision de l’échec.

« Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends. » Nelson Mandela.

Comment reprendre confiance en soi après un échec ?

Au fil des échecs que vous accumulez, votre confiance peut finir par s’altérer. Alors comment garder la foi et continuer ? Comment surmonter ce sentiment d’échec qui impacte forcément l’estime de soi ? Voici des pistes pour vous y aider.

D’abord, rappelez-vous que vos échecs ne vous définissent pas. Ce n’est pas parce que vous ratez quelque chose que vous êtes un.e « raté.e ». Ce n’est pas parce que vous n’avez pas réussi à décrocher ce poste convoité que vous n’y arriverez jamais. Parfois, dans nos existences, il peut y avoir une succession de mauvais moments, et parfois aussi d’échecs à la suite les uns des autres. Et ça peut vous amener à ressentir un sentiment d’échec permanent. Dites-vous que ce n’est qu’une mauvaise passe. Et que vous avez la capacité de rebondir.

Vaincre la peur de l'échec-gratitude
Notez chaque jour des motifs de gratitude.

Dans ces moments où peu de choses semblent vous réussir, où les ratages s’accumulent, vous aurez surement tendance à voir tout ce que vous ratez. Pour inverser la tendance, prenez l’habitude pendant quelques jours de cultiver la gratitude. Soyez reconnaissant de tous les aspects positifs de votre vie. Et pas seulement les biens matériels mais aussi vos capacités. Notez-les : « je suis reconnaissant de savoir faire ça … », « je suis reconnaissant d’être doué pour … ».  ça vous aidera à vous rappeler toutes les merveilleuses choses que vous avez déjà accomplies.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Exercices confiance en soi

Prendre soin de s’entourer de personnes encourageantes fait évoluer votre vision de l’échec. Cela crée un environnement positif. Créez un cercle soutenant de personnes qui vont vous rappeler constamment tout ce que vous avez réussi dans votre vie. N’hésitez pas à leur demander de vous soutenir dans cette période difficile pour vous.

« Oublie les conséquences de l’échec. L’échec est un passage transitoire qui te prépare pour ton prochain succès ». Oprah Winfrey.

Le pouvoir de la pensée pour sortir de l’échec

« Je suis nulle », « Je n’y arriverai jamais », « Ce n’est même pas la peine d’essayer, j’ai déjà échoué la dernière fois » …Vous avez remarqué comme les pensées pouvaient être notre pire ennemi face à l’échec ?

Et pourtant, vous pouvez apprendre à changer votre mode de pensée. Pour cela, il suffit de vous entrainer : repérer les pensées néfastes, et reformuler. Cette simple reformulation change votre manière de percevoir votre prochain défi. Par exemple, au lieu de vous dire : « j’ai déjà échoué, ça va être dur », dites-vous : « j’ai déjà de l’expérience, on va voir ce que ça va donner cette fois-ci ». Vous sentez comme ça change votre manière d’aborder la situation ?

Une bonne technique pour apprendre à repérer vos pensées, c’est la pratique de la pleine conscience. Cette technique est un entrainement à repérer les pensées et l’impact qu’elles peuvent avoir sur notre humeur. Plus vous vous entrainez à repérer vos pensées, plus vous devenez habiles pour les modifier. Et plus vous choisissez lesquelles sont utiles ou non.

Découper les actions en petites bouchées

La peur de l’échec est parfois présente face à de grands projets. La tâche vous semble tellement immense que vous pensez ne jamais y arriver. Et donc vous procrastinez, vous retardez. Et plus vous retardez, plus l’échéance approche et plus vous vous dites : « je ne vais pas y arriver ». Face à cette peur, vous devez découper votre action en petites bouchées.

En découpant la tâche en petites actions, vous avez un plan précis qui vous permet d’avancer pas à pas. Si vous devez faire une présentation devant un public par exemple, découpez votre projet : faire la trame de la présentation, récolter les données, rédiger, vous entrainer. En procédant par étapes, votre peur devient moins présente, et vous pouvez la surmonter plus facilement.

Evaluer les risques et anticiper

Si votre peur d’échouer est liée à des risques que vous prenez, vous pouvez les anticiper. En anticipant les risques, votre peur va diminuer.

Imaginez que vous voulez changer d’emploi. Mais voilà, vous avez peur de vous mettre en danger en démissionnant. Et vous ne passez pas à l’action. Vous pouvez rester des mois, voire des années à un poste qui ne vous plait plus à cause de cette peur. Dans ce cas, vous pouvez anticiper les conséquences. Par exemple, vous pourriez envisager plusieurs options : postuler à des postes différents, négocier une rupture conventionnelle. Vous pouvez aussi faire le choix d’attendre d’avoir suffisamment d’argent de côté pour vous sécuriser.

Certaines personnes dans ce cas se lancent dans l’entreprenariat. Et la peur de l’échec devient viscérale : celle de ne plus être en sécurité financière. Si c’est votre cas, anticiper les risques est un bon moyen de vous rassurer. La peur de l’échec chez les entrepreneurs est très liée au syndrome de l’imposteur. Vérifiez si c’est votre cas.

Si vous avez peur d’échouer, c’est que vous avez peur des conséquences. Listez les conséquences, envisagez des solutions, et passez à l’action.

Vos échecs ne vous définissent pas

Enfin, il est important de vous rappeler que vos échecs ne vous définissent pas. Ce n’est pas parce que vous avez échoué sur un projet (ou même plusieurs) que vous êtes nul.le. Dans ces moments où vous venez d’échouer, prenez le temps d’être bienveillant.e envers vous-mêmes. Au lieu de vous blâmer et de vous traiter intérieurement de moins que rien, prenez le temps de vous donner des paroles réconfortantes.

Si votre enfant échoue à un examen, vous le rassurez, vous l’encouragez, vous lui montrer que vous le soutenez (enfin j’espère). Faites la même chose pour vous-même. Vous pouvez même vous dire quelques paroles réconfortantes : « ça va aller », « j’ai fait de mon mieux »…

Et retenez une chose : vous pouvez oser, encore et encore. Parce qu’à chaque fois, vous apprenez.

Notez-moi post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *