Comment vaincre ses pensées négatives ?

Cet article participe à l’événement inter-blogueurs organisé par Grégory du site « Prendre confiance », sur le thème “vaincre ses pensées négatives”. J’aime beaucoup ce site qui regorge de conseils censés, et j’ai particulièrement aimé cet article très poussé sur la confiance en soi et l’estime de soi.

Les blogueurs participants publient sur le thème « comment vaincre ses pensées négatives ». Vous retrouverez tous les articles dans un ebook gratuit pour découvrir les meilleures méthodes de ces experts.


Il n’est pas toujours facile de vaincre ses pensées négatives. Et certaines pensées peuvent être tellement collantes, que vous avez l’impression qu’elles sont comme un chewing-gum collé à votre chaussure.

Rien à faire pour vous en défaire, elles tournent parfois en boucle dans votre esprit pendant des jours.

D’autres fois, ce sont juste de multiples pensées qui se succèdent, mais qui ne sont jamais positives. Vous avez l’impression de voir le verre toujours à moitié vide, ou carrément vide.

Nous allons voir que ces pensées peuvent parfois être utiles, et quand ce n’est pas le cas, comment les vaincre de façon efficace.

Pourquoi nous avons des pensées négatives ?

De façon générale, nous avons tous une tendance naturelle à nous focaliser et à retenir davantage les expériences négatives. En fait, cela vient de l’évolution, qui amène notre cerveau à bien retenir ce qui nous a nuit, pour éviter de le reproduire. Notre cerveau est là pour assurer notre survie, pas pour nous permettre d’être heureux. Donc il est parfois utile d’avoir une pensée négative pour nous protéger.

D’autre part, chacun d’entre nous a une prédisposition à être, soit plutôt positif, soit plutôt négatif. Cela vient de notre éducation, nos croyances. Et cet aspect peut être très difficile à modifier (mais pas impossible). Cette prédisposition n’intervient qu’à 50% dans notre capacité à être heureux (les deux autres facteurs pour être heureux sont : les conditions extérieures, qui joue pour 10% et nos perceptions du monde, qui joue pour 40%). Il nous reste donc une grande marge de manœuvre pour changer.

Enfin, notre histoire, et ce que nous avons vécu va fortement influencer notre capacité à voir la vie du bon côté ou pas. Et surtout la résilience que nous avons développé ou pas (notre capacité à nous remettre d’une situation douloureuse).

Pourquoi vaincre ses pensées négatives ?

Plus vous vous focalisez sur ce qui ne va pas, moins vous voyez les choses positives de votre vie. Et vous finirez par attirer uniquement des choses négatives.

Par ailleurs, en vous laissant entraîner par ces pensées négatives, vous avez sans doute remarqué comme cela pouvait avoir un impact sur vos états émotionnels. Si vous pensez à vos supers dernières vacances, vous ressentez surement une émotion positive. Si vous vous mettez à penser à votre dernière dispute avec un collègue, vos émotions sont bien différentes.

A force d’avoir des émotions perturbatrices, vous pouvez aussi dire ou faire des choses que vous regrettez : vous mettre plus facilement en colère, répondre de manière agressive. L’ambiance autour de vous risque de devenir électrique, et pas dans le bon sens du terme.

C’est pourquoi chacun devrait apprendre à vaincre ses pensées négatives.

Comment vaincre ses pensées négatives ?

La première chose à faire pour y arriver, c’est de prendre conscience de vos pensées négatives. Ce n’est pas toujours facile, je le sais. Mais c’est indispensable pour vous obliger à agir. Voici quelques pistes à explorer :

  • Pratiquer la méditation de pleine conscience. Cette pratique a fait largement ses preuves en matière de ruminations mentales. Pour savoir comment installer cette pratique, je vous invite à consulter le blog : seposerpourmediter.fr
  • Prendre le temps chaque soir, de noter sur un petit carnet, si la journée a été ponctuée par des pensées positives ou négatives. Notez simplement : plutôt positif : telle pensée et telle autre, ou plutôt négatif : telle pensée et telle autre. Inconsciemment, cela vous amènera à être plus conscient dans la journée sur le type de pensées que vous avez.
  • Faire des pauses « Etat de mes pensées » régulièrement dans la journée. Ponctuellement tout au long de la journée, vous prenez le temps de vous arrêter pour remarquer les pensées qui sont présentes.

Sentir l’état émotionnel :

Pendant que vous êtes absorbé dans vos pensées, si vous êtes capable de faire une pause, sentez l’état émotionnel dans lequel vous êtes. Les pensées négatives amènent rarement des émotions positives, et c’est bien d’en prendre conscience pour y remédier. Pendant que vous remarquez cet état émotionnel, essayez de penser à quelque chose de positif, fermez les yeux, et remémorez-vous un bon souvenir, par exemple. Et essayez de sentir quel état émotionnel cela génère. Cela va vous inciter à générer des pensées positives.

Vérifiez la véracité de vos pensées :

Les pensées négatives sont souvent des blablas qu’on se raconte. On peut partir d’une situation tout à fait banale pour bâtir tout un scénario, ou des hypothèses.

Pour pallier à cela, quand vous avez des pensées négatives, posez-vous la question : est-ce que c’est vrai ? Vous verrez que la plupart du temps, ce discours intérieur n’a pas de fondement concret. Et si vous répondez oui à cette question, demandez-vous : « qu’est ce qui me prouve concrètement que c’est vrai ? ».

Changez vos pensées négatives :

Vous pouvez aussi pratiquer la pensée positive. Plutôt que de vous concentrer sur le négatif, voir ce qu’il y a de positif dans la situation qui vous préoccupe. Prenons un exemple :

Vous pensez que vous êtes nul, et que vous n’allez jamais arriver à terminer à temps ce travail. Dites-vous : « je vais réussir à terminer » ou « je vais faire de mon mieux pour réussir à terminer à temps », ou encore « je sais que j’y suis déjà arrivé, il n’y a pas de raison que ce soit différent aujourd’hui ». Cela va vous aider à voir le potentiel en vous.

Revenir à l’instant présent :

Nos pensées négatives se focalisent souvent sur ce qui pourrait arriver, ou sur ce qu’il s’est passé. Aussi, revenir à l’instant présent vous évite de vous projeter dans une anticipation anxieuse, ou de ressasser un événement passé. Cela ne signifie pas que vous ne deviez pas rechercher des solutions, mais il faut faire la distinction entre réfléchir pour améliorer une situation, et ruminer.

Pour y parvenir, une fois encore, la méditation peut vous être d’un grand secours.

Pratiquer la gratitude :

La gratitude consiste à être reconnaissant pour ce que nous avons/vivons. Tous les soirs, prenez un carnet pour noter au moins trois choses positives qui vous sont arrivées dans la journée. Il n’est pas nécessaire que ce soit de grandes choses. Vous pouvez vous réjouir d’avoir pris un bon petit déjeuner, ou partagé un café avec un collègue. Vous pouvez aussi vous réjouir sur certaines de vos capacités : « je suis reconnaissant d’avoir eu la patience d’attendre ceci ou cela, je suis reconnaissant de savoir me motiver pour faire ma séance de sport, etc ».

A force de pratiquer la gratitude, et de vous rappeler chaque soir des choses positives, votre esprit va se concentrer de plus en plus souvent sur ce qui est bien dans votre vie.

Savoir vous entourer :

Rien de pire pour entretenir les pensées négatives, que d’être entouré par des personnes négatives. Si vous lisez cet article, c’est que vous voulez changer les choses.

Alors prenez un moment, là, tout de suite. Prenez une feuille et notez toutes les personnes que vous fréquentez au quotidien. Entourez ceux qui vous font rire, et vous font passer des bons moments. Et rayez ceux qui sont toujours négatifs, ou qui critiquent sans arrêt les autres. Et prenez l’engagement de passer beaucoup de temps avec les premiers et moins de temps avec les deuxièmes (même de ne plus les voir, si c’est possible pour vous).

Au-delà des personnes, les médias peuvent être particulièrement anxiogènes. Regardez plutôt les médias positifs, abstenez-vous de regarder les informations tous les jours (écouter la radio le matin suffit à vous informer), faites le tri dans les réseaux sociaux. Savez-vous que si vous cliquez sur une publication Facebook, toutes les publications approchantes s’afficheront plus souvent sur votre fil d’actualités ? Donc avant de cliquer sur une info anxiogène, réfléchissez.

Comprendre pourquoi ?

Vaincre ses pensées négatives, c’est bien. Et j’espère que tous ces conseils vous seront utiles.

Mais au-delà de ces actions, je vous encourage à essayer de comprendre pourquoi vous nourrissez certaines pensées.

Peut-être est-ce dû à des croyances, ou des choses vécues dans votre enfance ou par le passé.

J’ai moi-même constaté que j’avais une pensée limitante sur l’argent, parce que mon adorable grand-mère, en bonne communiste, répandait l’idée que les riches étaient tous mauvais. Quand j’ai identifié cela, j’ai pu revoir mes pensées et j’ai conscience aujourd’hui que cette pensée binaire n’est pas vraie.

En identifiant ses croyances, chacun peut vaincre ses pensées négatives plus facilement.

Bonne exploration, et n’hésitez pas à partager cet article autour de vous.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *