Ecoute consciente

L’écoute consciente, pour des relations sereines.

Avez-vous remarqué comme nous avons souvent tendance à nous couper mutuellement la parole ?

Quand vous vous exprimez, vous sentez vous toujours vraiment écouté ?

Et si nous pouvions installer une écoute vraie, une écoute consciente pour faire de nos relations des moments de compréhension mutuelle, sans jugement.

Qu’est-ce que l’écoute consciente ?

Lors de nos communications, nous sommes souvent en train de réfléchir, de préparer une réponse, ou un conseil. Nous sommes rarement dans une écoute consciente, qui accueille simplement la parole de l’autre, sans jugement.

L’écoute consciente consiste donc à être simplement à l’écoute de l’autre sans chercher à mettre forcément son grain de sel. Sans chercher non plus à lui apporter des conseils si ce n’est pas ce qu’il demande. Sans non plus chercher à parler de nous à tout prix.

Vous avez tous connu ces dialogues, ou vous avez à peine ouvert la bouche qu’une personne se met à raconter son histoire. Vous n’avez même pas le temps de finir votre phrase qu’une autre la finit à votre place, et vous balance un conseil au passage. Et vous vous sentez forcément mal à l’aise. Vous ne leur avez pas demandé leur avis, vous souhaitez juste partager quelque chose.

Alors même si vous êtes parfois victime de ce genre de comportement, n’avez-vous pas vous-même eu parfois la même attitude ?

Et si vous commenciez à pratiquer l’écoute consciente ?

Pourquoi l’écoute consciente ?

Lors de la plupart de nos échanges, nous ne sommes pas attentif vraiment à ce que l’autre nous dit. Nous sommes souvent déjà en train de réfléchir à ce que nous pourrions répondre, raconter.

Pourtant vous pouvez avoir l’impression d’écouter vraiment, mais vous êtes plutôt dans vos pensées, vos jugements vos interprétations. Notre brouhaha interne nous empêche d’écouter vraiment l’autre, et masque souvent le discours de l’autre.

Cela est encore plus vrai lorsque nous communiquons avec nos proches (nos conjoints, nos enfants). Nous avons tellement l’impression de les connaitre que nous les écoutons à peine, nous avons l’impression de savoir déjà ce qu’ils vont nous raconter. Et nous savons tous qu’une des raisons principales de mal être dans les familles, est souvent le manque d’écoute.

En pratiquant l’écoute consciente, vous êtes en mesure de mieux comprendre l’autre. Vous ne laissez plus la place à vos interprétations, mais vous vous connectez davantage à l’autre. Au lieu de faire des déductions sur un morceau de phrase, vous prenez le temps de l’écouter jusqu’au bout, sans l’interrompre. Vous ne cherchez pas à imposer vos idées, mais vous accueillez celle de l’autre, avec bienveillance et ouverture.

Comment pratiquer l’écoute consciente ?

Au début cette pratique demande un peu d’entrainement.

Aussi, si vous pouvez trouver un ou une ami(e) pour vous entraîner, cela sera très aidant. Ce sera votre partenaire d’écoute consciente, votre entraîneur, en quelque sorte.

Placez-vous face à face et décidez d’un sujet sur lequel vous décidez d’échanger, ce peut être la raison pour laquelle vous désirez pratiquer l’écoute consciente.

Vous mettez une alarme pour vous permettre de parler chacun à votre tour, pendant 3 ou 4 minutes. L’un de vous parle pendant que l’autre écoute, et inversement.

Pendant que vous écoutez, remarquez comme vous avez tendance à vouloir dire quelque chose, faire un commentaire, donner un conseil. Restez simplement attentif à tout le discours intérieur qui se manifeste.

Une fois cela effectué, vous allez chacun à votre tour répéter ce que vous avez compris, reçu. Et l’autre, avec beaucoup de bienveillance complétera ou affinera. Vous constaterez peut être alors que vous avez légèrement interprété ou déformé certains propos. Ou que vous avez fait des déductions à partir de ce qui était dit, et peut être vous êtes-vous trompé ?

Vous n’avez pas à vous juger ni à vous blâmer parce que vous constatez que vous avez de nombreuses pensées, ou des jugements. C’est tout à fait normal. En prendre conscience va déjà calmer ce discours intérieur. Soyez bienveillant envers vous-même.

Prenez soin de faire cet exercice avec une personne qui saura être bienveillante, et qui acceptera aussi de recevoir vos retours sans se fâcher.

Une fois que vous aurez fait cet exercice, vous aurez déjà appris beaucoup de choses. Et vous pourrez alors essayer de le faire avec d’autres personnes.

Commencez par le faire avec vos enfants, cela peut être intéressant de remarquer comme vous mettez un filtre. Remarquez si vous êtes déjà en train de préparer votre réponse avant que votre enfant ait terminé sa phrase. Essayez de vraiment écouter sans juger.

Au début cela va sans doute vous paraître un peu artificiel, ce n’est pas grave. Vous pouvez aussi continuer à vous entraîner avec votre partenaire d’écoute consciente.

S’écouter soi même

Une fois que vous aurez un peu de pratique de l’écoute consciente, vous pouvez aussi être à l’écoute de vous-même. Remarquez si les mots que vous utilisez sont justes et appropriés pour exprimer votre pensée.

Vous pouvez d’ailleurs remarquer certaines choses très intéressantes sur vous-même. Avez-vous tendance à utiliser des mots négatifs ? Avez-vous tendance à vous plaindre souvent ? Avez-vous tendance à exagérer ?

Tous ces éléments vous donneront une indication sur votre façon de communiquer. Et avec un peu d’entrainement vous pourrez apprendre à modifier légèrement vos discours.

Pour aller plus loin :

Après quelques temps de pratique, vous pouvez aller plus loin, en vous posant régulièrement cette question :

Est-ce que ce que je vais dire est vrai ? Nous avons parfois tendance à déformer un peu la réalité, à exagérer.

Est-ce que ce que je dis est nécessaire ? Nous sommes tellement habitués à vivre dans un environnement sonore, que nous pouvons avoir tendance à parler pour combler le silence. L’exemple le plus flagrant : quand nous sommes dans un ascenseur avec un voisin. Immanquablement nous pensons qu’il faut meubler la conversation, et nous voilà en train de parler de la pluie et du beau temps, même si nous n’en avons rien à faire.

Est-ce que ce je dis est bienveillant ? La tendance à critiquer ou à blâmer les autres, peut parfois arriver si vite que nous avons du mal à en prendre conscience. Et pourtant ce genre de discours nous permet rarement d’être heureux. Et cette tendance est encore plus importante si nous sommes incités à critiquer. Il est alors encore plus important de se taire, et de ne pas répondre à ces incitations.

En ayant soin de vous interroger de cette manière, vous allez avoir une parole plus juste et plus appropriée.

J’attends vos commentaires pour me raconter vos expériences.

Et n’hésitez pas à partager, plus nous serons nombreux à pratiquer l’écoute consciente, plus nous nous sentirons nous-même écoutés.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

12 réflexions au sujet de « L’écoute consciente, pour des relations sereines. »

  1. coucou

    Merci pour cet article !
    C’est vrai qu’on a tendance a vouloir parler avant que l’autre ne termine, et c’est dommageable !
    J’ai fais des formations sur la communication bienveillante ,faber et mazlich, si tu connais ?
    ça m’a vraiment aidé à améliorer ma façon de communiquer .Le problème, c’est que lorsque je parle avec d’autres personnes ,ils n’utilisent pas la même méthode de communication que la mienne , et je me sens vraiment mal ….me sentir jugée et pas écoutée….

    1. Bonjour Karima,
      Merci pour ce retour. Oui je connais Faber et Mazlich.
      Je te comprends par rapport au décalage, je remarque aussi quand les gens coupent la parole, et cela arrive très très souvent.
      Belle journée

  2. Bonsoir et merci pour cet article!
    Je l’ai trouvé très intéressant. L’écoute consciente est tellement importante pour nos relations personnelles et professionnelles !
    Apprendre à écouter réellement est devenu tellement rare.

    1. Bonjour Manal,
      Merci pour ton commentaire, ce serait une bonne idée d’apprendre ça à l’école et au travail, je suis sure que cela améliorerait beaucoup les relations.

  3. L’écoute consciente demande une qualité de présence effectivement. Et certains signes ne trompent pas. Notre interlocteur regarde constamment son téléphone, ou par la fenêtre ? Cela nous donne quelques indications sur sa qualité d’écoute 😉 Merci Isabelle pour cet article !

    1. Merci Ludivine,
      Je suis ravie que cet article t’ait plu.
      Ah oui, les téléphones. Je vois ce que tu veux dire.
      A très bientôt,

    1. Merci Fredel pour ce rappel. En effet, les notions d’attention et de conscience sont très présentes dans les accords.
      Et merci pour ton enthousiasme qui m’encourage à continuer à diffuser ces conseils.
      A bientôt pour un nouvel article 😉

  4. Bonjour,
    Un grand merci pour ces précieux conseils !
    Tu expliques les choses de façon très accessible et pratique.
    Je découvre cette méthode et j’ai hâte de la mettre en application avec mes enfants… et avec mon mari à qui j’ai transmis ton article 🙂
    Excellente fin de journée
    Alexandra

    1. Bonjour Alexandra,
      Merci pour ton commentaire très chaleureux,et très encourageant.
      tu viendras nous raconter comment c’est passé la mise en place de l’écoute consciente?
      Je serai ravie d’avoir ton retour.
      A très bientot,
      Bien chaleureusement,

  5. Hello, j’ai trouvé que ton article était très sensé et sensible. Tu as raison quand tu dis qu’on n’écoute pas vraiment son conjoint ou ses enfants parce qu’on a l’impression qu’on sait ce qu’ils vont nous dire. Je m’en suis principalement rendu compte avec ma fille qui commence à parler assez bien mais ne fait pas encore des phrases complètes. J’ai tendance à finir ses phrases moi-même alors qu’en fait, ce n’est pas ce qu’elle voulait dire.

    1. Bonjour Wendy, merci pour ce témoignage. C’est chouette, maintenant, tu pourras attendre qu’elle finisse de parler, et même si elle cherche, en même temps elle apprends.
      A bientôt,
      Isabelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *