Comment ne plus être triste, 6 étapes pour sortir de la tristesse. - En route vers la sérénité
Comment ne plus être triste

Comment ne plus être triste, 6 étapes pour sortir de la tristesse.

Nous avons tous des moments de tristesse dans notre vie, et c’est souvent bien compliqué de les traverser. Même si cette émotion est légitime, vous pouvez faire en sorte que cette tristesse ne dure pas trop longtemps.

Alors comment ne plus être triste ? Dans cet article, je vous propose d’explorer les 6 étapes pour mieux traverser les inévitables moments de tristesse de votre vie

Tout d’abord, voyons ce qu’est la tristesse et pourquoi elle nous est utile (comme toutes les émotions).

Définition de la tristesse

La tristesse se caractérise par une douleur émotionnelle, associée à des sentiments de perte, désavantage, désespoir, et chagrin.

Elle fait partie des 6 émotions de base, et peut être courte ou durable.

La douleur émotionnelle peut être plus ou moins intense. Les causes ne sont pas toujours facilement identifiables : la tristesse peut être parfois très diffuse, voire non identifiée et se transformer en mélancolie, en spleen.

Les signes de la tristesse

Les premiers signes de la tristesse sont souvent un repli sur soi. Suivant l’intensité, d’autres signes de tristesse peuvent apparaitre :

  • Les pleurs : les larmes sont le signe le plus évident. Et elles ont une fonction physiologique avec la production d’antalgiques naturels, et de molécules générées par le stress.
  • La boule dans la gorge: une sensation d’oppression, de difficulté à avaler, et parfois à respirer.
  • Le repli sur soi : la tristesse entraine souvent un besoin d’isolement, d’envie de se cacher (nous verrons que ce n’est pas forcément une bonne idée).
  • La perte d’appétit: les personnes tristes peuvent avoir moins faim. Mais d’autres fois les émotions fortes peuvent entrainer une surconsommation alimentaire compensatrice.
  • Des douleurs émotionnelles: d’autres émotions peuvent se combiner à la tristesse, comme la colère, la peur.
  • Le désespoir: les personnes tristes ont tendance à être désespéré. Elles ont du mal à imaginer des solutions pour aller mieux, mais aussi à sentir un désespoir plus profond et plus général.

Tous ces signes sont plus ou moins présents, et plus ou moins forts, selon les personnes, mais aussi selon de degré de tristesse.

A quoi sert la tristesse ?

Personne n’a envie d’être triste. Ressentir du chagrin n’est pas très agréable, mais cela peut vous aider de connaitre l’utilité de cette émotion.

Comme toutes les émotions, la tristesse nous permet d’évaluer notre relation à notre environnement, et en apprendre quelque chose.

Eviter une situation

Si vous vous sentez triste dans certaines circonstances, et que ce sont toujours les mêmes, vous allez apprendre à éviter ces situations. Cela vous permettra de vous protéger.

Prendre du recul

Quand vous ressentez de la tristesse, vous avez tendance à vous isoler. Cela vous permet de prendre du recul sur la situation, de comprendre ce qui vous rend triste, mais aussi de comprendre que cela ne va pas durer (aucune émotion ne dure éternellement).

Susciter et développer l’empathie

Quand vos proches voient votre chagrin, ils développent de l’empathie pour vous. Ils auront envie de vous aider, de vous soutenir. Et de la même façon, si vous avez ressenti un jour de grands moments d’accablement lié à la tristesse, vous serez plus à même d’éprouver de l’empathie pour les personnes tristes.

Faire son deuil

Sans la tristesse, vous ne ferez pas votre deuil. Et sans le deuil, impossible de passer à autre chose. Et il ne s’agit pas uniquement du deuil lié à la perte d’un être cher, mais aussi le deuil de certaines situations, relations, projet.

Comment ne plus être triste ? Les 6 étapes

comment ne plus être triste

Même si cette émotion a son utilité, et qu’elle passera ou sera surement beaucoup moins intense, vous pouvez mettre en place des étapes pour mieux traverser tous les moments douloureux de votre vie.

Ne pas chercher à fuir la tristesse

Face à toutes les émotions désagréables, on a tous envie de prendre ses jambes à son cou. Et on préfère souvent les ignorer, en pensant que cela passera plus vite.

Au contraire, les émotions qui ne sont pas exprimées durent souvent plus longtemps. Elles peuvent même finir par devenir des sentiments, voire des traits de caractère.

Comment accepter votre tristesse ?

Tout d’abord en l’identifiant. Comme nous l’avons vu dans les signes, ceux-ci ne sont pas toujours flagrants. Ce n’est pas parce que vous ne pleurez pas à chaudes larmes que vous n’êtes pas triste.

Puis en acceptant que vous avez le droit d’être triste. Surtout si vous traversez des moments difficiles de déception, de perte. Cette émotion est tellement diabolisée que vous pouvez vous sentir coupable. Vous n’avez pas à être heureux tout le temps, même si vous avez tout pour l’être. Accepter ne signifie pas « cultiver » sa tristesse (mais nous verrons cela plus tard).

Evaluer votre niveau de tristesse

Si vous pleurez, vous ne vous poserez pas beaucoup de questions : vous savez que vous êtes triste. Mais parfois, la tristesse est plus difficile à évaluer. En vous posant certaines questions, vous pourrez évaluer le degré de votre tristesse, et passer à l’action plus rapidement.

A partir de ce que vous ressentez physiquement : grosse fatigue, sensation d’un grand vide, boule dans la gorge persistante.

L’évaluation doit aussi se faire au niveau de votre comportement, et de vos pensées :

  • Avez-vous tendance à vous isoler ?
  • Ressentez-vous le besoin de vous rouler en boule ?
  • Quelles sont les pensées que vous avez ?
  • Votre appétit a-t-il changé ?
  • Avez-vous moins de gout pour les activités que vous aimez ?

Toutes ces questions vous aideront à évaluer votre niveau de tristesse. Quand on ignore trop longtemps cette émotion, une déprime peut s’installer, et se transformer en dépression.

Soyez vigilant et notez ce qui change dans votre comportement, pour ensuite comprendre ce qui vous arrive et en identifier les causes

Comprendre la source de votre tristesse

La tristesse n’est pas seulement liée au deuil, ou à la perte. Il peut y avoir de multiples raisons à votre tristesse.

  • La perte: vous avez perdu quelqu’un ou quelque chose. Ce peut être la perte d’un emploi, d’une opportunité, d’une amitié.
  • La séparation: vous avez déménagé, ou vous êtes séparé d’une personne ou d’un environnement qui vous apportait du plaisir, de la joie, du lien.
  • La déception: vous avez été déçu par quelqu’un, ou vous n’obtenez pas les résultats que vous espériez dans une action ou un objectif.

En identifiant clairement la source de votre tristesse, vous pourrez vous protéger plus facilement de circonstances similaires. Mais vous pourrez aussi apprendre comment faire sans, si c’est une perte. Cet apprentissage vous permettra de mieux traverser les prochains épisodes tristes.

Comment ne plus être triste ? Accepter d’être soutenu

La fonction de la tristesse, c’est aussi de générer de l’empathie auprès de vos proches, de leur permettre de vous apporter du réconfort.

Mais, parfois, cela est si douloureux que vous pouvez avoir tendance à vous isoler, vous replier sur vous-même. Mais cela ne peut vous aider que si vous en profiter pour avancer vous-même, pour comprendre votre tristesse, et pour décider d’aller mieux.

Si vous vous isolez pour nourrir votre tristesse, vous finirez par vous sentir de plus en plus triste. Entre accueillir et nourrir, il vous faut trouver un équilibre juste.

Vous pouvez vous faire câliner par vos proches, ou demander de l’aide à un thérapeute. Rester isolé en ruminant votre tristesse ne vous aidera pas.

Si cette tristesse est trop douloureuse pour le moment, et que vous ne pouvez pas en parler, c’est important que vous continuiez à sortir, à voir du monde. Parfois, c’est juste le temps qui vous permet de commencer à en parler, puis à exprimer ce que vous ressentez.

Lors des deuils, les familles ressentent souvent un contre-coup bien après le décès, une fois que toutes les démarches matérielles des obsèques sont passées. C’est d’ailleurs à cela que servaient les veillées : pleurer sur la perte, parler du mort, finir par raconter des anecdotes. Cela permettait d’accélérer le processus de deuil, ou au moins de ne pas le bloquer.

Ne pas nourrir votre tristesse

Accueillir sa tristesse est une chose importante, la nourrir ne sert à rien.

Quand vous traversez un moment d’accablement, vous pouvez avoir tendance à ressasser en boucle sur cet épisode : « je n’ai pas de chance », « c’est trop dur », « je ne m’en sortirai jamais ». Savoir reconnaitre que ces pensées ne vous aide pas est primordial.

Vous avez le droit d’être triste, vous n’avez pas besoin de devenir désespéré.

Des pistes pour ne pas nourrir votre tristesse :

  • Prendre la décision d’aller mieux. Vous pouvez prendre du temps pour accueillir, mais aussi vous dire que vous allez faire votre possible pour que cela ne dure pas trop longtemps.
  • Pardonner si quelqu’un est responsable de votre tristesse. Cela vous aidera à passer à autre chose. Prenez le temps aussi de vous pardonnez à vous-même si vous vous en voulez ou que vous pensez que ce moment de tristesse est de votre faute.
  • Penser à l’humanité: d’autres personnes ont traversé, et traversent certainement la même chose que vous. En y pensant, vous vous sentirez moins seul(e), moins isolé(e). Vous pouvez aussi penser aux personnes qui ont vécu des choses bien plus douloureuse que vous. Cela vous aidera à relativiser.
  • Pratiquer la méditation de pleine conscience, pour vous aider à repérer les moments de rumination mentale. Vous pourrez ensuite vous poser pour vous demander concrètement : « comment puis je faire pour être moins triste ? », « comment exprimer ma tristesse ? ».

Prendre soin de vous

C’est le moment de prendre soin de vous, et de sentir ce qui est juste pour vous.

Avez-vous besoin de vous isoler un peu, pour mieux exprimer votre douleur ? Faites-le, en communiquant clairement autour de vous, et sans rester isolé trop longtemps.

Limitez les sources négatives de votre entourage, comme les actualités. Vous devez prendre soin de votre tristesse, mais essayez de ne pas ajouter d’autres sources de peur, de douleur, d’accablement. Essayez de vous entourer de personnes positives, et qui ont tendance à vous faire rigoler.

Reposez-vous. Toutes les émotions génèrent un stress qui peut être épuisant. Prenez soin de votre sommeil, pour bien récupérer, car on est plus fragile émotionnellement quand on est fatigué.

Faites des activités qui vous plaisent :

  • Des massages relaxants,
  • Ecouter vos morceaux de musique préférés,
  • Ecouter des émissions drôles et relaxantes,
  • Regarder une bonne comédie,
  • Faire une activité sportive en extérieur,
  • Boire un café avec un/une ami(e).

Si vous voulez trouver d’autres idées pour prendre soin de vous, je vous invite à consulter cet article : comment se ressourcer?

Et enfin, un dernier conseil : souriez. Cela peut vous paraitre bizarre, parce que vous n’en avez pas envie. Mais le cerveau ne peut pas être triste et gai en même temps. Sourire vous permet d’envoyer un message à votre organisme, et change votre physiologie.

Pensez à partager cet article autour de vous, pour aider tous ceux qui traversent des moments de tristesse.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 réflexion sur “Comment ne plus être triste, 6 étapes pour sortir de la tristesse.”

  1. Merci pour cet article ! Ces 6 étapes aident bien pour traverser les périodes de tristesse. Et je trouve que c est une super bonne idée d avoir rappeler les signes de la tristesse pour savoir la détecter rapidement !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :