Comment vaincre ses peurs? - En route vers la sérénité
Comment vaincre ses peurs?

Comment vaincre ses peurs?

La peur peut nous paralyser, mais elle peut aussi être plus insidieuse, sournoise et vous empêcher d’avancer dans de nombreux domaines de votre vie.

Dans cet article, je vous donne des clefs pour savoir comment vaincre ses peurs, et vous verrez, cela n’est pas aussi difficile que cela.

La peur, une réaction adaptative face au(x) danger(s)

Comme toutes les émotions, la peur a une fonction bien spécifique.

  • Quand vous êtes en colère, c’est que quelque chose ne va pas, soit parce qu’on ne respecte pas vos valeurs, soit que vous ne vous sentez pas respecté, soit que vous trouvez qu’il y a une injustice.
  • Quand vous êtes triste, c’est un moment où vous avez besoin d’être réconforté.
  • Quand vous êtes joyeux, cela veut dire : « tout va bien ! j’aime ça ! Je peux recommencer à vivre le même genre d’expérience/situation ».

Et alors, pour la peur, à quoi sert-elle et comment vaincre ses peurs?

C’est une réaction adaptative (comme toutes les autres émotions) face au danger.

Vous avez une perception de ce qu’il pourrait arriver, et un signal vous dit que vous devez vous mettre à l’abri. Et c’est tout à fait normal, notre cerveau est là pour nous protéger. Si nous n’avions jamais peur, nous pourrions nous mettre en danger constamment.

Il est donc important de savoir écouter sa peur, la vraie, celle qui nous évite les situations dangereuses. Mais comment vaincre ses peurs irrationnelles ?

Entre menace et réel danger

Avez-vous remarqué que la peur n’était pas la même chez tous ?

Face à une guêpe, votre amie entre en mode panique. Et vous ne vous inquiétez pas du tout, vous pouvez rester tranquillement à la regarder siroter votre sirop de fraise.

Nous pouvons donc avoir des peurs différentes. Si votre amie s’est déjà fait piquer par une guêpe, a eu très mal pendant plusieurs jours, c’est normal qu’elle ait peur des guêpes.

La peur est un mélange entre perceptions et interprétations. Selon ce que vous avez vécu, ou ce que vous vous racontez, votre peur peut être plus ou moins importante.

Face à une situation un peu déstabilisante, ou nouvelle, vous pouvez vous raconter une foule de choses : « je ne vais pas y arriver ! », « il va se passer ceci ou cela », « je suis sure que cela va mal finir ».

Cela peut venir de votre expérience passée face à une situation similaire. Mais aussi de votre capacité à écouter ou pas, votre mental.

Les peurs plus profondes

Au-delà des peurs face à une situation, vous pouvez être confronté à des peurs existentielles.

Vous interroger sur ce que vous voulez faire de votre vie, et comment vous voulez la mener, c’est super.

S’inquiéter sans arrêt sur l’avenir, c’est autre chose.

Si vous vous inquiétez sans arrêt, que vous ne savez pas quelle décision prendre, par peur de rater, de faire le mauvais choix. Il devient important de vous faire accompagner.

Cela est souvent en lien avec votre histoire, ce que vous avez vécu. Détricoter ce qui vous amène à avoir peur, le comprendre pour le dépasser devient alors indispensable.

Comment vaincre ses peurs ?

Voyons maintenant les clefs pour traverser vos peurs, et les écouter quand il faut, sans pour autant être bloqué, paralysé.

Accepter d’avoir peur

Vous rappelez vous toutes ces fois ou l’on vous a dit « Mais, n’aies pas peur, ce n’est rien ! ». Ces mots vous ont habitués à ne pas faire confiance à vos émotions.

Quand on répète à un enfant « n’aies pas peur », « tu te mets en colère pour rien », « arrête de pleurer pour des bêtises », c’est la meilleure façon de l’habituer à ne pas écouter ses émotions.

Et toute votre vie, vous pouvez dépenser une énergie folle à vouloir supprimer ces émotions. Et surtout la peur. « Il faut être fort, pour affronter le monde », c’est peut-être ce qu’on vous a dit.

Et est ce que cela vous aide ? Clairement non !

Si vous sentez que vous êtes effrayé par une situation, commencez donc par l’accepter : « ok, bon ben là, clairement, j’ai la trouille ! ».

Cela ne veut pas dire que vous n’allez mettre en place des actions pour vaincre cette peur. Au contraire, en prendre conscience va vous permettre de réfléchir à ce que vous pourriez faire.

Vous pourrez ainsi explorer les pistes suivantes.

Se connaître

Votre histoire peut avoir un impact important sur vos peurs.

Tous les messages de votre enfance peuvent influencer votre capacité à vaincre certaines peurs. Mais aussi les événements que vous avez rencontrés dans votre vie, et la façon dont vous les avez vécus.

  • Si vous avez eu un super job, et que vous avez été licencié à la suite d’une crise. Vous serez forcément impactés par l’annonce d’une crise éventuelle.
  • Si vous avez été piqué par une guêpe et que vous en gardez un souvenir terrifiant, c’est normal que ces petites bêbêtes ne soient plus du tout vos copines.

Vous pouvez aussi avoir développé au fil des années des croyances qui vous limitent.

Si vous avez vu vos parents se déchirer pendant des années, vous pouvez avoir tendance à croire que le mariage est forcément voué à l’échec. Et vous n’osez jamais vous lancer dans une relation, par peur que cela finisse en rupture violente.

Aussi, je vous invite vraiment à remarquer quels sont les sujets récurrents de vos peurs. Pour savoir comment vaincre ses peurs, il est primordial de comprendre leurs origines.

Repérer les projections de l’imagination et rationnaliser

C’est fou tout ce qu’on peut se raconter quand on a peur. Les pensées peuvent être parfois si envahissantes, que c’est compliqué de s’en sortir.

La peur, on l’a vu, c’est un mélange entre perceptions et interprétations (comme beaucoup d’émotions d’ailleurs, j’en parle dans cet article).

C’est presque impossible de travailler sur les perceptions. Et du coup, notre moyen d’actions, c’est de voir toutes les interprétations. Vous savez toutes ces pensées, qui ne sont pas la réalité, et qui ont tendance à l’amplifier ou la déformer.

Aussi, posez-vous un moment pour écrire toutes ces pensées. Voyez si elles sont vraies. Je suis sure que vous allez être surpris(e) en faisant cet exercice.

Vous allez ainsi identifier tout ce que vous pouvez vous raconter, et le confronter à la réalité.

S’adapter à ce qui nous fait peur

Toutes les émotions vont générer chez nous une phase d’adaptation.

D’abord l’émotion se manifeste, et puis, nous sommes obligés de nous adapter. En fait notre système nerveux le fait systématiquement.

Et pour mieux s’adapter face à nos peurs, le mieux est de s’y confronter, doucement.

C’est d’ailleurs de cette façon qu’on travaille sur les phobies : la personne est confrontée progressivement à l’objet de sa peur, pour s’y adapter en douceur.

  • Par exemple, si vous avez peur de parler en public. Commencez par faire un petit discours lors de la prochaine réunion de famille ou d’amis. L’environnement bienveillant de votre cocon familial ou amical peut vous aider à franchir ce premier cap.
  • Ensuite passez à l’étape suivante : faites un discours devant une petite assemblée que vous connaissez moins.

Peut-être que vous aurez besoin de faire la première étape plusieurs fois, et c’est ok.

On peut avoir des peurs de choses qu’on n’a jamais faites, et il suffit souvent de se lancer. Pour s’apercevoir que ce n’était pas si terrible que ça en avait l’air.

Foncez !

Et pour ce dernier conseil, vous allez être surpris.

Certaines peurs sont tellement irrationnelles, que nous ne passons jamais à l’action. Et plus nous attendons, plus nous réfléchissons, et plus notre mental nous raconte des histoires.

Vous devez passer un coup de fil important, et vous êtes terrorisé ?

Foncez, ne réfléchissez pas ! Décrochez votre téléphone et allez-y !

“Le courage croît en osant et la peur en hésitant.” Proverbe Romain

Et vous ? Quelle peur vous paralyse ?

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *